Akomca Agence conseil en coopération et communication

Projet de coopération avec la CUMA 31

9 janvier 2015

L'initiative d'AKOMCA concerne d'abord les collectivités françaises qui sont depuis longtemps en première ligne en matière de projets de développement.

Leur soutien aux collectivités du sud prend généralement la forme d'une assistance à lutter contre les conditions de l'extrême pauvreté en renforçant les capacités de la collectivité, comme lorsqu'elles portent des appuis, des équipements, etc.  Il leur est plus difficile, par contre, de soutenir et de couvrir tous les besoins attendus.

AKOMCA recherche donc à encourager les autres structures françaises à apporter leur appui qui bénéficient au territoire du sud et qui soient catalyseurs d'une dynamique économique et sociale.

LA CUMA 31 s'inscrit dans ce projet. La coopérative a déjà initié un partenariat de coopération décentralisée avec le Benin. En tant qu'acteur majeur du développement agricole et rural en France et à l’étranger, elle peut apporter :

Du matériel et des équipements agricoles :

  • Du conseil et de l’appui technique
  • Des démonstrations sur le terrain
  • Des formations
  • Des expérimentations
  • Des outils de gestion et de diagnostic

L'ensemble de ces dispositifs d'appui auront pour objectif d'encourager le dynamisme économique des régions ivoiriennes où elle va intervenir, via un soutien aux structures agricoles et aux élus locaux.

Par ailleurs, l'expérience de la CUMA va autoriser un échange d'expérience avec les collectivités ivoiriennes. En posant aux collectivités les questions que cette coopérative se pose pour ses propres projets et à ses propres adhérents– en termes d'effets, d'impacts, de risques.

L'agence AKOMCA entend diffuser ce genre d'initiative et son expérience à ceux qui souhaitent enrichir leurs modalités de partenariat dans le cadre de projets divers de coopération décentralisée.

Enfin, cette initiative nous rapproche des foyers français d'expertise d'appui au développement. Celle des collectivités territoriales d'abord, mais aussi celle des autres opérateurs des territoires, tel que des coopératives, des établissements publics locaux ou encore les bureaux d'études, les entreprises, les associations, engagés dans ces projets de développement.

Nous croyons à cette nouvelle façon de travailler dans le cadre de la coopération décentralisée.

Cela dit, comme pour toute expérimentation ou toute action, AKOMCA, chaque fois, et au besoin, tient à procéder à une évaluation de ses résultats, à partir desquels nous pourrons dessiner des perspectives d'avenir.